Qu'est-ce qu'une résistance ?


Quel est le point commun entre votre cigarette électronique et votre lave-linge, votre sèche-cheveux, ou encore votre four ? Tous ces appareils possèdent une résistance. Rappelez-vous, c'est le fameux « resistor » de nos cours de physique de 4ème D, le composant électrique qui résiste au courant qui le traverse pour que la tension soit plus faible à la sortie. Et comme la résistance engrange toute l'énergie qu'elle ne restitue pas, elle chauffe, d'où sa présence dans la plupart des appareils chauffants. Ce sujet est entièrement dédié à la résistance et au rôle qu'elle joue dans votre e-cigarette, dont elle est une pièce indispensable.

A quoi sert la résistance et où est-elle située?


Une fonction essentielle


Tout comme la résistance de la machine à laver chauffe l'eau ou celle du sèche-cheveux chauffe l'air, la résistance de la e cigarette est la pièce qui chauffe l'e liquide. Le fonctionnement de votre cigarette électronique est le suivant : le bouton lorsqu'il est enclenché actionne la batterie ; la batterie fournit de l'énergie électrique à la résistance ; la résistance chauffe le liquide ; le liquide chauffé se transforme en vapeur ; la vapeur est alors aspirée par le vapoteur. Autrement dit, sans résistance point de vapeur et sans vapeur point de vapotage.

Un emplacement au cœur même du dispositif


La résistance occupe une position centrale puisqu'elle se situe dans l'atomiseur, dont le rôle est de vaporiser l'e-lequide à l'aide de…la résistance ! Si vous utilisez un clearomiseur, l'atomiseur et sa résistance sont déjà intégrés, tandis que si vous optez pour un atomiseur reconstructible, vous avez la possibilité de fabriquer votre propre résistance. 


Composition d'une résistance d'e-cigarette


Pour mettre en œuvre l'atomisation (ou vaporisation) de l'e-liquide, la résistance se compose de deux éléments essentiels : le fil résistif et la matière absorbante.

Le fil résistif


Il s'agit du fil métallique chargé d'opposer une résistance au courant délivré par la batterie. Plusieurs types de métaux sélectionnés pour leurs propriétés peuvent être utilisés pour constituer ce fil résistif. On compte notamment parmi ces métaux le Kanthal (un alliage mêlant fer, chrome et aluminium), un alliage de nickel et de chrome (inoxydable et résistant à la corrosion), l'acier inox ou encore le titane (réputé pour sa résistance thermique). Outre sa fonction de chauffe, le fil résistif a également pour objectif de répondre aux réglages de température commandés par le Mod.

La matière absorbante


Cette matière absorbante, aussi appelée mèche, vient entourer le fil résistif. Son rôle est de créer et de maintenir le contact en le fil et le liquide tout en assurant la bonne hydratation du fil résistif. A l'origine, les matériaux qui composaient cette matière absorbante étaient la mousse synthétique (Perlon), la fibre de verre ou encore le coton cardé. Avec le perfectionnement des cigarettes électroniques, d'autres matériaux ont été privilégiés comme par exemple la fibre de silice, la fibre mesh ou le coton Fonty, 100% naturel. Parmi les matières absorbantes nouvelles générations, on retiendra le coton Bacon, le fiber Freak, reconnu pour son excellente capillarité, et le dernier né : le Fiber'n Cotton, une fibre spécialement étudiée pour concevoir les résistances de e-cigarettes.

Comment bien utiliser la résistance ?


Equilibre entre puissance et valeur résistive


Pour une utilisation optimale de votre cigarette électronique, il convient bien entendu de veiller à ce que votre résistance soit compatible avec votre appareil, mais aussi de s'assurer que la puissance de ce dernier soit ajustée au modèle de résistance dont vous êtes équipé. Il faut garder en tête que plus la valeur résistive de la résistance est faible, plus elle peut recevoir une tension élevée.

Le choix de la valeur résistive


Le fil résistif possède une valeur résistive (rappel du cours de physique de 4ème D : cette valeur se mesure en ohm). Pour répondre aux exigences des vapoteurs à la recherche d'une vapeur toujours plus dense, il est de plus en plus fréquent d'abaisser la valeur résistive du fil. Ainsi, un fil résistif dont la valeur résistive est inférieure à 1 ohm (résistance sub ohm) sera capable de chauffer plus vite et d'atteindre des températures élevées. Par conséquent, il vaporisera une plus grande quantité de liquide et générera davantage de vapeur. A noter : cela signifie inéluctablement que le réservoir devra être plus fréquemment rechargé en e-liquide. Il en résulte également que la matière absorbante qui vient hydrater le fil résistif sera davantage sollicitée, d'où l'intérêt d'utiliser des matériaux aux propriétés hautement hydrophiles pour constituer les mèches.

L'hydratation de la résistance


L'un des intérêts de la cigarette électronique par rapport à la cigarette traditionnelle est l'absence de combustion, nocive pour la santé. Cependant la vape n'est pas sans risques, notamment lorsque la résistance n'est pas bien alimentée en liquide. Dans ce cas, le liquide peut surchauffer et générer une vapeur riche en composés nocifs, comme par exemple des molécules d'aldéhyde. En plus de prendre garde à toujours maintenir la résistance bien hydratée, il convient d'espacer les bouffées et d'éviter de solliciter excessivement la résistance pour que cette dernière ne chauffe pas de manière exagérée.
La résistance est un consommable
Tout comme les drip tips, la batterie, les pyrex ou les joints, la résistance de votre e-cigarette s'use et a une durée de vie limitée. Elle doit donc être remplacée régulièrement au moindre signe de fatigue. Il est généralement recommandé de la changer en moyenne tous les quinze jours.

Les signes qui montrent qu'il faut changer la résistance


En premier lieu, certains de ces signes sont visibles à l'œil nu, comme par exemple la présence de résidus bruns autour de la résistance. Ces résidus résultent de la dégradation de l'e-liquide qui a chauffé et subi ce qu'on appelle « la réaction de Maillard », exactement comme le ferait un steak qui brunit en grillant pendant la cuisson. En effet, cette réaction chimique se produit lorsque sucres et protéines sont soumis ensemble à des températures élevées.
Cependant, cet examen visuel n'est pas toujours possible sur certains modèles de résistances, notamment quand ces dernières sont cachées dans la structure de l'atomiseur. Il faut alors être attentif aux autres signes d'usures qui se manifestent pendant l'utilisation. Les indices à reconnaître concernent le goût de votre e-liquide et la vapeur.

Au niveau du e-liquide


Lorsque votre liquide commence à prendre un goût inhabituel, à perdre de son arôme ou commence à avoir un goût caractéristique de brûlé (c'est le fameux « dry hit » bien connu des vapoteurs), c'est sans doute le signe que la résistance est arrivée en fin de vie. Attention cependant, si votre résistance a été remplacée depuis peu, il est également possible que le fil résistif ne soit pas suffisamment bien hydraté et que la matière absorbante ne soit pas assez imbibée de liquide.

Au niveau de la vapeur


La qualité de la vapeur est également altérée lorsque la résistance a besoin d'être remplacée. En effet, si vous avez une sensation de vapeur sèche ou que vous constatez qu'elle est moins abondante que d'habitude, c'est qu'il est grand temps de changer la résistance.